Daniel ARSHAM

Daniel ARSHAM - Future Relic 06 Polaroid

Daniel Arsham Future Relic 06 Polaroid

Daniel ARSHAM - Future Relic 05 Telephone

Daniel Arsham Future Relic 05 Telephone

Daniel ARSHAM - Eroded 911 Turbo Figure Grey

Daniel Arsham Eroded 911 Turbo Figure Grey

Daniel ARSHAM - Eroded Delorean Figure White

Daniel Arsham Eroded Delorean Figure White

Daniel ARSHAM - Future Relic 02 35mm Camera

Daniel Arsham Future Relic 02 35mm Camera

BIOGRAPHIE

Les créations de Daniel Arsham se fondent sur son concept d’archéologie fictionnelle. Œuvrant dans les domaines de la sculpture, de l’architecture, du dessin et du cinéma, il crée des espaces et des situations ou il met en scène ce qu’il décrit comme les reliques futures du présent.

Ces œuvres sont réalisées avec habileté à partir de matières telles que le sable, la sélénite ou la cendre volcanique, de façon à ce qu’ils semblent avoir été récemment découverts, après des siècles d’ensevelissement. La plupart des objets qu’il transforme en pierre sont des objets usuels classiques et iconiques du XXe siècle.

La série Future Relic, réalisée et éditée de 2013 à 2018, comporte par exemple neuf sculptures différentes: un téléphone mobile (de première génération), un appareil photo avec son objectif, un réveil à aiguilles, une cassette audio à bande magnétique, téléphone fixe à touches, un appareil photo de type polaroid, un lecteur baladeur de cassette audio, un poste radio, et un synthétiseur clavier musical. Toutes les sculptures sont éditées à 500 exemplaires et sont réalisées en plâtre avec des incrustations de fragments de verre. Le process développé pour les réaliser a la particularité de produire des oeuvres uniques à chaque fois. Plus clairement, l'érosion est différente pour chaque oeuvre.

 

Pour toutes ses oeuvres, Daniel Arsham travaille énormément sur les process. Malgré son apparente simplicité, le résultat est le fruit d'un travail acharné. En fait, plus d'un an peut s'écouler entre le dessin initial et l'œuvre finale. Au début, une longue période de recherche et de développement a été nécessaire pour établir la bonne technique de cristallisation et une texture parfaite. Par exemple, la plupart de ses œuvres sont fabriquées à partir de roches géologiques, telles que la roche volcanique ou le quartz. Puis à chaque fois, la première ébauche doit être adaptée en plâtre, pour ensuite être transformée en sculpture finale. Parfois, les projets sont impossibles, auquel cas ils doivent être abandonnés. Ce processus est aussi une manière pour Arsham de questionner les limites de la création artistique.

Jusqu'où est-il prêt à aller pour un travail qui lui tient à cœur ? A quel moment arbitre-t-il entre l'importance de sa création et le temps nécessaire à sa réalisation ? Par ailleurs, dans son exposition Paris 3020, l'artiste a repoussé encore plus loin les limites de son processus de création. Afin de réaliser la reproduction grandeur nature de statues emblématiques, comme la Vénus de Milo ou le Moïse assis de Michel-Ange, il collabore étroitement avec l'atelier de moulage de la Réunion des Musées Nationaux (RMN). Quartz, ciment de gypse et calcite bleue, Arsham a utilisé les mêmes matériaux que ceux utilisés pour la sculpture classique, tout en ajoutant sa touche personnelle avec la cristallisation. Le résultat ? Il a réussi à insuffler une nouvelle vie à ce qui l'avait précédé, projetant sa nouvelle vision, effaçant toutes les frontières entre passé, présent et futur.

La galerie Class Art Biarritz propose de multiples sculptures de Daniel Arsham. 

Arsham.jpg
logo.jpg